semaine 2 3e Correction

Il y a eu bien peu de réponses cette semaine, mais quasiment toutes les réponses que j’ai eues étaient bonnes (voir très bonnes). La correction ne pourra donc pas aussi bien expliquer vos erreurs puisqu’il y en a peu… Ceux qui n’y arrivent pas ne pourront donc pas comprendre ce qu’ils font mal, puisque je ne le vois pas…

Je ne vais bien sûr pas corriger l’activité « collage de feuilles »…

La courbe…

parfaite pour pratiquement tout le monde. Il y a eu un élève qui a relié les points à la règle (c’est pas bien) et quelques autres qui ont oublié soit le titre, soit les légendes… mais rien de grave.

 

Le brevet blanc.

C’était un brevet plutôt facile, même s’il fallait faire attention à bien lire les questions et à parfaitement rédiger. Comme d’habitude sur un brevet, la réponse a moins d’importance que la façon de l’écrire.

Le rythme cardiaque de monsieur X au repos est d’environ 65 battements/minutes (70, ça allait aussi)

Le rythme cardiaque de monsieur X après 3 minutes d’efforts est d’environ 180 battements/minutes.

Attention à bien lire la question, on vous demandait deux réponses… et un élève m’a juste indiqué le rythme cardiaque à l’effort… et l’un d’entre vous a oublié l’unité…

Sur le document 2, on voit que lorsque monsieur X accèlere, son rythme cardiaque augmente. Mais cette augmentation cesse à partir de 16 km/H où le cœur de monsieur X ne semble pas pouvoir dépasser les 180battements/minutes, même lorsqu’il court à 17, 18 ou 19 km/H. Le rythme cardiaque de monsieur X a donc un maximum aux alentours de 180 battements/minutes.

Il est important, dans cette réponse de bien indiquer que normalement, le rythme cardiaque augmente quand la vitesse augmente, mais qu’à partir de 16/17 km/h, même quand la vitesse augmente, le rythme cardiaque n’augmente plus.

Sur le tableau 4, on voit qu’une personne entraînée à un rythme cardiaque plus bas que monsieur X. Ce qui veut dire, que contrairement à monsieur X, cette personne entraînée n’est pas à son maximum à 16 km/H et que son cœur pourra s’adapter, même s’il court plus rapidement.

De plus, on voit que le volume de sang éjecté est plus important chez une personne entraînée (son cœur a probablement grossi grâce à l’entraînement) ce qui lui permet d’envoyer plus de sang par minute (27,2 L) que monsieur X (19,8 L). Or, le document 3 nous précise que c’est le sang qui apporte au muscle le dioxygène et le glucose dont les muscles ont besoin pour réaliser un effort. Les muscles d’une personne entraînée recevront donc plus de dioxygène et de glucose que ceux de monsieur X. Les muscles de monsieur X fonctionneront donc moins bien que ceux d’une personne entraînée.

Si monsieur X veut avoir de bonnes performances à une compétition, il a donc tout intérêt à bien s’entraîner.

Encore une fois, beaucoup d’entre vous ont les bonnes réponses (les muscles ont besoin de dioxygène et de sucre, le cœur d’une personne entraînée en envoie plus) mais la rédaction manque parfois de clarté.

Usez et abusez des mots de liaison (donc, car, parce que, or, etc.), et surtout… indiquez bien de quel document viennent les informations que vous écrivez.

Un élève m’a parlé de nutrition… Même si c’est vrai, ce n’est pas en rapport avec les documents, donc la réponse ne sera pas comptée juste, puisque la question débute avec « en utilisant les deux documents 3 et 4) il faut absolument s’en servir − et pratiquement − ne pas parler d’autre chose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.