Semaine 4 & 5 correction

Correction des semaines 4 (pour ceux qui n’étaient pas en visio-conférence) et 5 :

Correction semaine 4

 

Voici les deux courbes qu’il fallait réaliser. La première est tout à fait classique, je n’y reviens donc pas.

Par contre, la seconde est  particulière :

La longueur des flèches permet de montrer directement l’étendue des tailles de bec des pinsons. Ce genre de graphique est plus complexe, mais permet d’indiquer plus d’information qu’un graphique simple.

Que se passe-t-il pour le nombre de pinsons entre 1976 et 1977 ?

Le nombre de pinsons chute énormément. 5 pinsons sur 6 sont morts.

Grâce au texte précédent, expliquez la mortalité des pinsons entre 1976 et 1977

La sécheresse sur l’île a réduit la nourriture disponible, il y a donc beaucoup de pinsons qui sont morts de faim.

Expliquez pourquoi la taille des becs des pinsons semble avoir augmenté.

En réalité, la taille des becs de chaque pinson n’a pas changé. Par contre, comme il ne reste que des grosses graines, les pinsons qui ont un petit bec n’arrivent probablement pas à se nourrir : un gros bec est plus pratique pour manger des grosses graines.

Du coup, les pinsons qui n’avaient pas un gros bec sont morts de faim. Il ne reste donc que les pinsons qui avaient déjà un gros bec. C’est la sélection naturelle : les oiseaux les moins bien adaptés sont morts.

Pour quelle raison l’ensemble des êtres humains identifient-ils facilement la forme des serpents ?

Si les êtres humains identifient aussi facilement les serpents, c’est probablement parce que tous les ancêtres qui n’en étaient pas capables sont morts mordus par des serpents. Les seuls à survivre étaient nos ancêtres capables de les voir et de les éviter facilement (probablement grâce à une mutation génétique « reconnaître les serpents facilement » ). Puisque ce sont les seuls qui ont survécu, ce sont les seuls qui se reproduisaient. On peut imaginer que le gène « reconnaître les serpents facilement » soit désormais présente chez l’ensemble des êtres humains.

Correction semaine 5

Exercice 4p282

  1. En se servant de l’arbre (et non pas des descriptions, attention à bien lire la question), on peut voir que le thon et le dauphin ont un squelette osseux et une colonne vertébrale en commun.
  2. Les mamelles sont le caractère qui différencie le dauphin de l’ichtyosaurus communis.
  3. Le dernier ancêtre commun du dauphin et de l’ichtyosaurus communis devait posséder 4 membres, un squelette osseux et une colonne vertébrale.
  4. L’animal qui est plus proche de l’ichtyosaurus communis que du thon est le dauphin.

Exercice 4p312 :

  1. La proportion de souris jaune en décembre 1962 était d’environ la moitié (47 %, 0,47)
    Par contre, il n’y a plus de souris jaune en avril 1962, donc elle est de 0 %.
  2. En décembre 1962 aucun chat n’était dans la grange donc toutes les souris (jaunes et grises) ont pu se reproduire et vivre tranquillement. Ce qui explique le nombre très rapproché de souris jaunes (27) et de souris grises (31).

Dans une grange il fait souvent sombre et en avril les chats sont arrivés, les chats n’arrivent pas à voir dans le noir, mais avec juste un petit peu de lumière, or c’est exactement l’ambiance des granges.

Le peu de lumière se reflète sur les souris jaunes avec un pelage clair, et ne se reflète pas sur les souris grises.

Ce qui fait que les chats vont voir et manger les souris jaunes. Ce qui explique la disparition des souris jaunes.

Certaines souris grises ont été mangées certainement à cause de l’odorat des chats (mais beaucoup moins).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.