Semaine 9 4e les antibiotiques

En 1928, un bactériologiste anglais, Alexander Fleming, observe une culture de staphylocoques qui l’intrique. La culture a été accidentellement contaminée par une moisissure, le Pénicillium notatum, et les bactéries ont été en partie détruites. Fleming prépare alors un filtrat de moisissure qu’il nomme pénicilline, et constate que cette solution a un fort pouvoir bactéricide (qui tue les bactéries) et une faible toxicité pour l’homme. La pénicilline est purifiée en 1940 et le premier patient atteint de septicémie à staphylocoques est traité en 1941. Depuis cette découverte, plus d’une centaine d’antibiotiques ont été produits, chacun efficace contre un nombre d’espèces de bactéries plus ou moins grand. Ce sont des substances produites par les champignons (moisissures), par des bactéries ou synthétisées en laboratoire et qui ont la propriété d’empêcher la prolifération des bactéries et parfois de les détruire. Un antibiotique est inefficace contre les virus.

Depuis quelques années, on observe toutefois avec inquiétude qu’un certain nombre de souches bactériennes deviennent résistantes aux antibiotiques disponibles ; ainsi, certaines maladies comme la tuberculose sont en recrudescence et redeviennent préoccupantes. La recherche pharmaceutique est de ce fait condamnée à découvrir sans cesse de nouveaux antibiotiques.

Vocabulaire :

Bactériologiste : biologiste qui étudie les bactéries ;

Staphylocoques : bactéries responsables de nombreuses maladies ;

Filtrat : liquide obtenu après filtration ;

Bactéricide : qui tue les bactéries ;

Septicémie : infection généralisée due aux bactéries ;

Recrudescence : augmentation.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.