Semaine 2 5e un trou dans le ventre…

En 1822, un chirurgien de l’armée américaine, William Beaumont, eut l’occasion de soigner Alexis Saint-Martin, un trappeur canadien blessé par balle à l’abdomen.

Même une fois guéri, sa plaie restait ouverte et permettait d’accéder directement au contenu de l’estomac.

William Beaumont en profita pour réaliser différentes expériences dont la suivante :

« À 11 heures, après avoir fait jeûner le garçon pendant 17 heures, j’introduisis dans l’estomac par la perforation, un tube de caoutchouc et soutirai environ 30 grammes de suc gastrique pur non mêlé à d’autres matières… Je pris un morceau de muscles de bœuf bouilli, et le mis dans le suc gastrique. Je bouchais le récipient hermétiquement et le plaçais dans une casserole contenant de l’eau maintenue à 37°Celsius.

En 40 minutes, la digestion avait distinctement commencé sur toute la surface de la viande.

À 15 heures, les fibres musculaires avait diminué de moitié.

À 21 heures, la totalité de la viande était digérée. La mixture dans le flacon était maintenant quasiment liquide, alors que le morceau de muscles de bœuf bouilli placé dans un autre flacon laissé à température ambiante n’avait quasiment pas changé, tout comme le morceau de muscles de bœuf bouilli dans un flacon à 37°C n’a lui non plus pas changé. »

Beaumont a ainsi découvert que le suc gastrique digère chimiquement les aliments.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.